L'avenir, la fin (?) du lambi

Publié le 15 Septembre 2012

Des préoccupations ont été soulevées à propos de l'exportation par les Bahamas de lambi aux États-Unis suite à une pétition demandant que cette ressource marine soit inscrite comme «espèce menacée» présentée au Secrétaire US au commerce par les Gardiens de la Terre Sauvage (Wild earth guardian). Le directeur des Ressources marines  Michael Braynen dit que la fin du commerce international du lambi pointe à l'horizon.

Dans la pétition, présentée par les Gardiens de la Terre sauvage, le lambi est menacé principalement par la pollution de l'eau et de la dégradation de leur nourriture, la surexploitation à des fins commerciales, et l'absence de mécanismes réglementaires pour gérer la récolte non durable ou la pratique répandue de la pêche illégale. 

Les Bahamas exportent près de 300 tonnes de chair de lambi aux États-Unis pour, l'an dernier, une valeur de plus de 3,3 millions de dollars. La Directrice du ministère  des ressources marines a déclaré que cette réalité imminente affectera de nombreux pêcheurs locaux. [. . .] "Aux Bahamas, le lambi a longtemps été une source importante de nourriture. Nous serons toujours en mesure d'utiliser nos ressources de lambi pour nous-mêmes si elles sont en mesure d'être maintenues. Mais quand l'interdiction se produit, vous êtes coincé. Il n'ya rien que vous pouvez faire. Cela certainement nuira à certaines personnes. Mais peut-être que nous pouvons utiliser le lambi comme un argument de vente, les gens devraient venir aux Bahamas pour en avoir. "

Représentant une région qui compte une importante population qui s'appuie fortement sur l'industrie de la pêche,la parlementaire de Long Island  et FNM chef adjoint Loretta Butler-Turner a déclaré que ces nouvelles la concerne, elle et ses mandants grandement. "Cela aura un grand impact sur le revenu des personnes qui dépendent de la pêche aujourd'hui. 

Je pense qu'il est impératif pour notre gouvernement de faire savoir aux États-Unis que nous avons mis en place une réglementation et des mesures de conservation, telles que nos parcs marins à cette seule fin. 

Notre seule ressource réelle est les produits de la mer, nos ressources marines. 

Que va t-il se passer sur les îles de ll'archipel lorsque cela sera en place? Qu'arrive t-il dans d'autres îles comme Spanish Wells ? »A t-elle demandé.

Selon la pétition des Gardiens de la Terre sauvage, le lambi est en déclin dans toute sa zone et continue à faire face aux menaces écrasantes de la récolte illégale et la surexploitation, ainsi que la pollution de l'eau et de la dégradation des frayères en eau peu profonde. 

Le lambi est particulièrement vulnérable à la surpêche et le rétablissement de l'espèce sera considérablement entravé par la faible densité des adultes  dans de nombreuses zones, indique le rapport. "Le régime actuel de réglementation, à la fois nationale et internationale, s'est révélé inadéquat en raison de la récolte non écologique et continue et des niveaux élevés de pêche illégale en violation directe des accords juridiques.L'inscription du lambi dans le cadre du Endangered Species Act (ESA) offre une protection essentielle pour cette espèce en éliminant le marché US d'importation, qui recueille actuellement une majorité substantielle des exportations de lambi. 

En outre, la liste ESA permettrait de définir la zone d'habitat essentiel et de protéger les zones de reproduction vitales et le stock existant de frai, "a t-il dit.

Aux Bahamas, nos stocks de lambi, selon le rapport, dans les zones d'eau peu profonde ont été surexploités, dans les eaux profondes, on s'approche de la surpêche. 

Nos plus proches voisins du Sud, les îles Turks et Caicos ont déclaré avoir une population généralement stable, mais cependant elles montrent des signes de surexploitation en raison d'un "niveau inconnu" du braconnage. 

En Haïti et en République dominicaine, le rapport indique que les stocks de lambis ont été "gravement surexploités», et que le niveau de la récolte actuelle de jeunes lambis était «intenable».

La récolte illégale et le braconnage ont également été notés en République dominicaine.

Rappelons que la pêche au lambi, la taille ... sont réglementés en GUADELOUPE et que le lambi surgelé vient de Jamaïque.

Pour plus d'informations, http://www.tribune242.com/news/2012/sep/12/future-conch-trade-doubt/

Photo de http://myturksandcaicosblog.com/?tag=conch-shell

Rédigé par Karevé

Publié dans #Economie

Repost 0
Commenter cet article